Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Le système de retraite en clair

02 jan
EPARGNE

Janvier 2012

Basé sur le principe de solidarité, notre système de retraite est complexe. Retraite de base, complémentaire, à taux plein ou trimestres, durée de cotisation… sont autant de concepts à maîtriser pour se préparer dans les meilleures conditions.

Retraite de base et complémentaire

Le régime général a été créé en 1945. Aujourd’hui, et bien qu’ils tendent à se rapprocher au fil des années, il n’existe pas un régime en France mais 35, chacun comportant des clauses spécifiques au secteur d’activité couvert : fonctionnaires, indépendants, etc. Dès 1947, ces régimes ont été complétés par des régimes complémentaires afin de pallier l’insuffisance des pensions versées. Il faudra toutefois attendre 1972 pour qu’ils deviennent progressivement obligatoires pour toutes les catégories professionnelles.

Une double logique

Le système français est conçu sur la logique contributive : les retraités perçoivent une pension proportionnelle à leur contribution au système (montants prélevés sur leur salaire sur la durée travaillée). Cependant, des dispositifs permettent d’augmenter sa pension ou de prendre sa retraite plus rapidement sans avoir versé de cotisation pour cela. Typiquement, un chômeur, un parent en congé parental ou encore une personne en arrêt maladie ne verse pas de cotisation pour la retraite mais acquiert néanmoins des droits pendant ces périodes. C’est d’ailleurs cette double logique – contributive et solidaire – qui rend notre système aussi complexe.

Âge légal et durée de cotisation

Sur le principe, pour partir à la retraite, il faut remplir une de ces deux conditions : avoir atteint l’âge légal ou avoir cotisé suffisamment d’années. L’âge légal est actuellement fixé à 60 ans mais la réforme de 2010 a programmé de le reporter à 62 ans d’ici à 2018. La durée de cotisation aux deux régimes (complémentaire et général) est exprimée en trimestres. Elle est aujourd’hui de 166 (41 ans et deux trimestres), mais elle peut varier selon l’année de naissance et la loi en vigueur à ce moment-là.

Retraite à taux plein

Dès qu’une des deux conditions est remplie, la pension est versée à « taux plein », soit 50% du salaire annuel moyen constaté sur les 25 meilleures années durant toute la période d’activité. Dans les faits, le calcul est très complexe, de nombreux paramètres pouvant intervenir en fonction des spécificités de chacun. Sans compter que la loi prévoit aussi des cas particuliers tels que le départ anticipé pour carrière longue ou pénible ou à cause d’un handicap. Sur le principe néanmoins, une personne ne remplissant pas les conditions peut quand même partir à la retraite mais ne percevra alors qu’une pension à taux réduit.

Pension de réversion

Si certaines conditions sont remplies, il est également possible pour un conjoint ou ex-conjoint(s) de percevoir la pension dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier le conjoint décédé.

Plus d’info

http://www.pratique.fr/retraite-base-securite-sociale.html
http://vosdroits.service-public.fr/N378.xhtml


© Marie Varandat – Uni-éditions – décembre 2011