Retour au site Crédit Agricole
Blog / SANTE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Enfant handicapé : quelles aides ?

31 mai
SANTE

Mai 2010

Les pouvoirs publics prévoient des aides financières pour compenser les besoins particuliers des enfants handicapés, qu’il s’agisse de remboursement de frais ou de financement des aidants.

Une allocation de base

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AAEH) est une prestation familiale destinée à compenser les frais d’éducation et de soins apportés à un enfant handicapé. Elle est composée d’une allocation de base, à laquelle peut s’ajouter un complément d’allocation, dont le montant est gradué en fonction du coût du handicap de l’enfant, de la cessation ou de la réduction d’activité de l’un des parents ou de l’embauche d’une tierce personne. L’allocation de base de l’AAEH s’élève à 124,54 euros par mois (montant au 1er janvier 2010). Les montants des compléments de l’AAEH s’échelonnent de 93,41 euros mensuels à 1029,10 euros. Une majoration est éventuellement accordée si l’enfant est élevé par un parent isolé.

La prestation de compensation du handicap

Depuis le 1er avril 2008, les parents d’enfants handicapés doivent choisir entre le versement du complément de l’AAEH et le bénéfice de la prestation de compensation du handicap (PCH). Ces deux prestations prennent en compte le même type de dépenses liées au handicap, mais leurs conditions d’attribution sont différentes. En règle générale, le complément sera plus intéressant que la PCH pour un très jeune enfant ou si l’un des parents a réduit ou cessé son activité professionnelle pour s’occuper de l’éducation de son enfant. En revanche, la PCH sera plus intéressante lorsque le temps consacré aux actes de la vie quotidienne est important ou que la famille a embauché un salarié.

Une allocation de présence parentale

Si votre enfant est lourdement handicapé ou a été victime d’un accident ou d’une maladie grave, vous pouvez solliciter une allocation journalière de présence parentale lorsque vous avez dû cesser votre activité professionnelle pour vous en occuper. Cette aide, d’un montant de 41,17 euros par mois si vous vivez en couple, ou de 48,92 euros par mois si vous êtes parent isolé, vous est accordée pour une durée maximale de trois ans. Elle n’est pas cumulable avec l’AAEH.

Pour en savoir plus : www.travail-solidarite.gouv.fr


Delphine Goater – Uni-Editions – juin 2010