Assurance vie et assurance décès : différents et complémentaires !

Vous craignez pour l’avenir de vos proches si vous veniez à décéder ? Assurer leur niveau de vie et leur transmettre un capital fait partie de vos principales préoccupations ? Mais entre assurance vie et assurance décès, votre coeur balance. Vaut-il mieux miser sur un contrat plutôt que l’autre et pourquoi ? Suivez le guide !

Assurance vie et assurance décès, qu’est-ce que c’est ?

L’assurance vie, en bref

Parmi les placements préférés des Français (1), l’assurance vie a leur faveur. Et pour cause, elle permet tout à la fois de :

  • se constituer progressivement un capital sur le long terme : grâce aux versements effectués, en vue de la retraite ou des études des enfants, par exemple.
  • transmettre le capital acquis : aux bénéficiaires de son choix à son décès (conjoint ou partenaire de PACS, enfants…), tout en leur faisant bénéficier d’une fiscalité spécifique.

L’assurance décès, en bref

L’assurance décès vous permet, selon les conditions prévues par le contrat, de protéger votre famille et vos proches si vous veniez à décéder en leur garantissant le versement d’un capital, défini de votre vivant à l’adhésion selon votre situation personnelle et votre patrimoine. Cela leur permettra de maintenir leur niveau de vie dans les premiers temps et ainsi d’envisager l’avenir plus sereinement.

Sachez qu’il existe deux types de contrats :

  • L’assurance décès temporaire : si l’assuré meurt pendant la durée du contrat, sa famille pourra bénéficier du capital défini à l’avance, qu’il ait cotisé plus ou moins longtemps.
    Sinon, les cotisations auront été versées à fonds perdus, comme pour l’assurance habitation, par exemple, ce qui permet à l’assureur de mutualiser les risques,
  • L’assurance décès vie entière : le contrat est souscrit pour une durée illimitée et prend fin lors du décès de l’assuré.

Bon à savoir
Quand vous choisissez le montant du capital garanti qui sera versé en cas de décès, nous vous conseillons de privilégier un montant allant de 1 à 3 ans de salaire annuel. Il permettra à vos bénéficiaires de couvrir les charges courantes comme le loyer, les impôts ou les frais de scolarité.

Vous aimerez aussi : Assurance décès et garantie des accidents de la vie, quelles différences ?

Assurance vie et assurance décès, quelle complémentarité ?

Vous cernez les caractéristiques de chaque type d’assurance, mais ne percevez pas encore l’intérêt d’en bénéficier ?

Levez tout doute grâce à notre cas pratique !

Jules et Sybille sont un couple trentenaire et ont un enfant de 10 ans.
Jules décide d’adhérer à :

  • Une assurance vie : avec un versement mensuel de 50 euros, afin de constituer un capital pour les futurs projets de son enfant.
  • Une assurance décès : avec une cotisation mensuelle de 5 euros (2) pour se montrer prévoyant et verser un capital garanti de 30 000 euros, en cas de décès, à ses proches.

Tragiquement, Jules vient à mourir deux ans après l’adhésion aux deux contrats. En tant que bénéficiaire, Sybille va alors toucher le capital constitué sur le contrat d’assurance vie, soit environ 1 350 euros. De plus, dans le cas de ce décès prématuré elle recevra 30 000 euros de capital décès. De quoi lui permettre de faire face, dans un premier temps, à sa nouvelle vie sans son conjoint.
Associer assurance vie et assurance décès représente le meilleur moyen de garantir la pérennité des projets de vos proches.

Vous aimerez aussi : Capital décès de la sécurité sociale, qui peut en profiter ?

(1) Source : www.ffa-assurances.fr, 2018
(2) Cotisation donnée à titre indicatif pour la première année et dépend de l’âge à la souscription. L’assurance décès peut faire l’objet d’un questionnaire médical.

Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.
Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.
La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.