Retour au site Crédit Agricole
Blog / EPARGNE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Naissance de bébé : quelle épargne choisir ?

22 mai
Naissance de bébé : quelle épargne choisir ?
EPARGNE

Mai 2014

Contrairement à une idée reçue, il n’est jamais trop tôt pour ouvrir un livret d’épargne ou un placement au nom de son enfant, même s’il n’a que quelques jours ! Grâce à l’effort financier des parents, voire des grands-parents, l’enfant pourra disposer d’un capital pour ses projets. Même modestes, les coups de pouce d’aujourd’hui sont l’épargne de demain.

Le livret A

Dès sa naissance, l’enfant peut être titulaire, comme un adulte, d’un livret A. Les versements et retraits sont libres sur ce placement bien connu. Ce sont les pouvoirs publics qui fixent la rémunération de l’épargne, toujours supérieure à l’inflation, et qui est totalement défiscalisée (ni impôt sur le revenu ni prélèvements sociaux). Le plafond du livret A est de 22 950 € et son taux actuel est fixé à 1,25 %. Il n’est possible d’ouvrir qu’un seul livret par personne.

Les livrets de première épargne

Ce sont les tout premiers livrets d’épargne. Leurs caractéristiques peuvent varier d’une banque à l’autre. Les parents peuvent les ouvrir dès l’arrivée du nouveau-né (la signature d’un seul parent suffit), au nom de l’enfant, pour recueillir les sommes d’argent que la famille peut offrir à cette occasion. Ces premiers livrets fonctionnent de façon simple puisque les versements peuvent être réalisés à tout moment. Le taux d’intérêt annuel est fixé par la banque (il est généralement supérieur à celui du livret A) et les intérêts (soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux) se cumulent sans aucun risque, année après année, jusqu’à un certain plafond. Selon les banques, les sommes disponibles à un âge déterminé peuvent être transférées vers un livret Jeune.

Le plan et le compte épargne logement

Le plan épargne logement (PEL) permet à un enfant de disposer, à terme, d’un capital et de droits à prêts qui l’aideront à concrétiser un projet immobilier. Après un versement initial de 225 € minimum à l’ouverture, les parents doivent s’engager à verser régulièrement, pendant une durée maximum de 10 ans (et 4 ans minimum), un montant d’au moins 540 € chaque année (les versements peuvent être mensuels, trimestriels ou semestriels). L’épargne est rémunérée chaque année à un taux fixe, connu au moment de la souscription (2,5 % l’an actuellement, hors prime d’État jusqu’à la clôture) pendant une durée de 15 ans. Jusqu’aux 12 ans du PEL, les intérêts sont totalement exonérés d’impôt sur le revenu (mais pas de prélèvements sociaux).
Le PEL peut être associé à un compte épargne logement (CEL) : l’épargne y est rémunérée à un taux révisable en même temps que celui du livret A (0,75 % l’an, sans impôt sur le revenu mais avec des prélèvements sociaux). Mais à la différence du PEL, elle est disponible sans formalités à tout moment.

L’assurance vie

Pour bon nombre de parents, l’assurance vie se résume souvent à un outil de transmission : s’ils décèdent, leurs enfants désignés bénéficiaires du contrat recevront les capitaux en compte, hors succession. Mais il ne faut pas oublier que l’assurance vie, placement de long terme, peut aussi être ouvert par les parents au nom de chacun de leurs enfants dès leur naissance (et par les grands-parents pour leurs petits-enfants) : les sommes d’argent (également appelées « présents d’usage ») reçues lors d’un anniversaire ou d’une fête y seront ainsi rémunérées.

Autre avantage : comme la fiscalité appliquée dépend de l’âge du contrat au moment des retraits, plus le contrat est souscrit tôt dans la vie de l’enfant, plus sa fiscalité sur les intérêts perçus est optimisée. À ses 18 ans (ou au-delà si une telle disposition est prévue dans un pacte adjoint), le jeune pourra gérer son contrat en toute souplesse et disposer d’un capital dont les intérêts seront totalement exonérés d’impôt sur le revenu (mais pas des prélèvements sociaux) en cas de retrait intervenant après les 8 ans du contrat, dans la limite d’un abattement annuel de 4 600 € d’intérêts. Au-delà, il est possible d’opter pour un prélèvement libératoire forfaitaire (PFL) de 7,5 %.

Plus d’infos :
Service-Public.fr – Le livret A
Service-Public.fr – Le plan épargne logement (PEL)
Service-Public.fr – Le compte épargne logement (CEL)


© Uni-éditions – MIG – juin 2014.