Retour au site Crédit Agricole
Blog / SANTE

Vous cherchez des informations pour mieux gérer votre budget, des astuces pour faire des économies ou simplement des explications simples et pratiques ? Ce blog est fait pour vous !

Garantie des accidents de la vie : l’assurance du quotidien

26 fév
SANTE

Février 2010

Tondre la pelouse, bricoler, cuisiner, faire du vélo … Les accidents surviennent aussi dans la vie quotidienne et laissent parfois de lourdes séquelles. Chaque année, près de 8 millions de français en sont victimes dans le cadre de leur vie privé. Pour avoir les moyens de faire face, une assurance existe.

Un risque sous-estimé

Les accidents domestiques sont responsables chaque année de 20 000 morts en France, et de plusieurs millions de blessés. Beaucoup plus que les accidents de la route. Bien sûr, la Sécurité sociale rembourse aux victimes les frais de santé (avec un éventuel complément de la mutuelle) et peut verser des indemnités en cas d’arrêt de travail ou une rente d’invalidité. Mais, lorsqu’il reste d’importantes séquelles, pour recevoir un capital qui compense le handicap, il faut se retourner contre le responsable de l’accident. Une procédure en général longue et qui suppose de trouver un fautif. Or, souvent, les victimes se blessent seules, et sont donc sans recours.

Un capital ou une rente clé en main

Souscrire une assurance Garantie des accidents de la vie (GAV) résout le problème. Car la compagnie d’assurance verse sans attendre, un capital ou une rente à l’assuré qui reste handicapé, même s’il est responsable de l’accident. S’il est décédé, elle dédommage ses proches de la perte subie. Attention, elle n’indemnise qu’en cas d’accident (et pas de maladie) et ne couvre jamais les dégâts matériels liés à l’accident.

Une protection très large

Cette assurance est utile dans un grand nombre de circonstances. Elle couvre les accidents domestiques (cuisine, bricolage, jardinage…) mais aussi ceux qui arrivent parfois lorsqu’on fait du sport, que l’on voyage, etc. Elle intervient même pour les blessures ou les décès entraînés par une catastrophe naturelle (une avalanche, une tempête…) ou industrielle (explosion d’usine…). Elle indemnise aussi les victimes d’accidents médicaux, d’attentats ou d’agression. Mais elle ne joue pas pour les accidents de la route, déjà pris en charge par l’assurance auto, ni pour les accidents du travail, qui ont leur propre mécanisme d’indemnisation.

Une indemnisation sur mesure

Le montant de l’indemnité qui sera versée n’est pas annoncé à l’avance. Il est déterminé au cas par cas d’après ce qu’attribuent habituellement les tribunaux aux victimes selon la gravité des séquelles, leurs conséquences financières (perte de revenus, coût de l’aménagement de la maison, de l’aide à domicile…), les souffrances endurées, le préjudice esthétique et le préjudice d’agrément (l’impossibilité d’exercer un loisir par exemple). Chaque contrat prévoit un plafond à l’indemnisation, d’au moins un million d’euros, mais qui est parfois plus élevé. Il fixe aussi le taux d’invalidité dont doit souffrir l’assuré pour recevoir le capital ou la rente (entre 1% et 30% selon les contrats). Selon les contrats, l’assurance jouera donc dans des cas plus ou moins graves. Par exemple, la perte d’un doigt correspond à un taux moyen d’incapacité de 5%, celle d’un pied 30%, etc.

Des services en plus

Souvent, la GAV propose en outre une assistance après l’accident. Elle prend en charge par exemple la garde des enfants en cas d’hospitalisation, la livraison de médicaments, une aide ménagère, ou une aide à l’emploi pour se reconvertir professionnellement et travailler malgré le handicap.

Pour soi ou pour toute la famille

Il existe des assurances GAV individuelles, qui couvrent seulement le souscripteur, et d’autres qui, elles, protègent toute la famille. Dans ce cas, elles jouent par exemple aussi pour les enfants victimes d’accidents à l’école ou en dehors, et peut remplacer l’assurance scolaire.


© Lola Dubois – Uni Éditions – Février 2010