Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Début de la page
Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier  Trouver une agence

Comment réduire votre facture énergétique et combien cela peut-il vous faire économiser ?

03/01/2022 - 3 min de lecture

Rubrique : Tendances

Thématiques de l'article #Logement #Décryptage

tout un mag pour vous

Comment réduire votre facture énergétique et combien cela peut-il vous faire économiser ?

Pour faire face à l’augmentation des prix de l’énergie, il existe 3 réflexes qui pourront contribuer à faire baisser votre facture. Les voici.

Ces dernières années, le coût de l’énergie n’a cessé d’augmenter. En parallèle, les prix du pétrole, qui servent de référence à la fixation du prix du gaz naturel, augmentent eux aussi significativement depuis le début des années 2000. Conséquence : le tarif réglementé de vente de gaz a augmenté de 63%1 depuis le 1er janvier 2005.

Conséquence : selon le baromètre annuel « énergie-info »2 , 84% des Français sont aujourd’hui inquiets concernant leurs dépenses d'énergie (contre 79% en 2020). Une inquiétude qui se répercute sur leur consommation : 60% des personnes interrogées déclarent avoir réduit le chauffage chez elles pour ne pas avoir à payer des factures trop élevées.

Si changer vos habitudes peut effectivement vous aider à diminuer votre consommation d’énergie (comme débrancher vos équipements au lieu de les laisser en veille et privilégier les douches aux bains en plus d’abaisser la température dans votre logement), entreprendre des travaux de rénovation énergétique vous permettra de réaliser des économies beaucoup plus importantes.

Voici donc les 3 reflexes à adopter pour limiter l’impact de l’augmentation des prix de l’énergie.

RÉFLEXE N°1 : L’ISOLATION DE VOS COMBLES ET DE VOS MURS

L’isolation thermique de votre logement doit être considérée comme la priorité des priorités. Pourquoi ? Parce qu’un habitat bien isolé limite les déperditions de chaleur en hiver et l’entrée d’air chaud en été. Et puis l’installation d’un nouveau mode de chauffage performant dans un logement mal isolé n’a pas de sens...

Comment se départissent les déperditions de chaleur dans un logement

De plus, sachez que ce sont les déperditions thermiques qui font augmenter vos factures. Pourquoi ? Parce que si votre habitat ne conserve pas correctement la chaleur à l'intérieur, vous vous retrouverez obligé d'augmenter le chauffage.

Isolation : quelles économies d'énergies après des travaux de rénovations énergétiques ?

Pour une isolation la plus efficiente possible, différentes zones doivent être traitées en fonction du type de logement – maison ou appartement – dans lequel vous vivez :

  • La toiture et les combles. Vous pourrez réaliser jusqu’à 30% d’économies3  sur votre consommation d’énergie en les isolant correctement ;
  • Les murs. Que vous vous viviez en appartement ou en maison individuelle, l’isolation de vos murs, parce qu’elle supprimera les ponts thermiques de votre logement, devrait vous permettre de réaliser jusqu’à 25% d’économies par an.
  • Les planchers bas. Le but de l'opération ? Poser de l'isolant entre un espace chauffé (votre salon par exemple) et un espace non chauffé (votre cave, votre parking ou votre vide sanitaire).

BON À SAVOIR

La ventilation de votre logement, une étape essentielle

Qui dit logement bien isolé, dit logement bien ventilé. Une bonne circulation de l’air dans votre intérieur est en effet le meilleur moyen d’éviter les pièces surchauffées l’été et glaciales l’hiver.

Voilà pourquoi, à l’occasion de travaux de rénovation énergétique, l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) peut s’avérer judicieuse. Elle permettra le renouvellement permanent de l’air intérieur, pour une bonne évacuation de l’humidité et des odeurs, et une meilleure répartition de la chaleur entre les pièces. 

RÉFLEXE N°2 : L’INSTALLATION D’UN SYSTÈME DE CHAUFFAGE PLUS PERFORMANT

Le chauffage pèse lourd dans le bilan des dépenses annuelles des Français : en moyenne, 14% du budget global d'un foyer4 et 62% des dépenses d’énergie5.

Pompes à chaleur, poêles, chaudières à granulés ou à bois... Les nouveaux systèmes de chauffage sont moins énergivores. Et pèsent donc moins lourd sur le budget des ménages.

Cas n°1 : vous vivez dans une maison individuelle

Basés sur les énergies renouvelables ou avec un bon rendement, plusieurs systèmes vous permettront de réaliser de substantielles économies :

  • Les pompes à chaleur (PAC). Elles utilisent des énergies renouvelables (eau, air, géothermie) pour générer de la chaleur à l’intérieur d’un logement. Certains modèles, dits réversibles, produisent également du froid l'été (climatisation ou rafraîchissement). L'installation d'une pompe à chaleur ne nécessite pas obligatoirement d'importants travaux et permet de réaliser d’importantes économies. Ainsi, si votre ancien système fonctionnait au gaz naturel ou au fioul, l’installation PAC devrait pouvoir diminuer vos dépenses de chauffage de moitié. Si vos appareils fonctionnaient au propane ou à l’électricité, votre facture pourrait alors être divisée par 3, voire par 46.
  • Les chaudières biomasse. Elles utilisent comme combustible du bois, des sous-produits du bois ainsi que des résidus organiques (paille, coques de fruits, etc.). Elles permettent de chauffer l’ensemble d’une habitation via une installation hydraulique qui redistribuera la chaleur dans l’ensemble des pièces par l’intermédiaire du circuit de chauffage central et du ballon d’eau chaude sanitaire. Avec un rendement compris entre 75% et 85% (selon les marques), les chaudières biomasses vous permettront de réaliser entre 20% et 30% d’économie sur votre facture énergétique7.

 

   Vous aimerez aussi : L’énergie biomasse, écologique, économique et renouvelable

 

  • Les chaudière gaz à condensation. Aussi appelée « chaudière à très haute performance énergétique », elles permettent une économie d’énergie de 25 à 30% par rapport à une chaudière âgée de vingt-cinq ans8. Attention toutefois : en vertu de la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020), il ne sera plus possible d'installer un chauffage au gaz dans un logement neuf dès 20229.

Autres possibilités, l’installation d’une chaudière gaz basse température. Cette opération devrait vous permettre de réaliser 20% d’économie par rapport à une chaudière gaz classique10. Tout comme l’installation d’une chaudière fioul à condensation devrait vous permettre de réaliser 35% d’économie par rapport à une chaudière fioul classique.

Enfin, sachez qu’une chaudière à granulés de bois vous permettra d’économiser jusqu’à 50% sur votre facture de chauffage.

Cas n°2 : vous vivez dans un appartement

En dehors des appartements avec un chauffage collectif, généralement le chauffage dans un appartement est assuré par un ou plusieurs radiateurs électriques, ou par le biais d’une chaudière individuelle au gaz.

  • Si vous cherchez à faire des économies avec un chauffage électrique, c'est sur les radiateurs à inertie que vous avez tout intérêt à miser. Ils fonctionnent grâce à un corps de chauffe solide (fonte, brique réfractaire, aluminium, etc.) ou liquide (fluide caloporteur) qui conserve la chaleur et la restitue dans la pièce à chauffer au moment opportun. Un système qui devrait vous permettre de réaliser jusqu'à 45% d'économies11 sur votre facture d'électricité par rapport à un convecteur électrique mécanique.
  • Autre possibilité, les remplacer par une climatisation réversible classée SCOP 4, ce qui devrait vous permettre de réaliser jusqu’à 75% d’économies sur votre facture12 par rapport à un chauffage électrique classique.
  • Enfin, si vous possédez une chaudière, notez que les plus anciennes consomment beaucoup d’énergie pour une performance relative. En les remplaçant par des équipements plus modernes (comme un modèle à condensation par exemple), vous devriez pouvoir réaliser une économie d’énergie de 25 à 30% par rapport à une chaudière âgée de vingt-cinq ans13.

RÉFLEXE N°3 : LE REMPLACEMENT DE VOS FENÊTRES

Le constat de l’Agence de la transition écologique est sans appel : 10 à 15%14 des déperditions de chaleur proviennent des fenêtres, notamment les plus anciennes.

Pour un logement collectif datant d'avant 1974, le remplacement des fenêtres par des produits contemporains permet de diminuer les besoins de chauffage de 24 à 27%, soit 40 à 60 kWh/m²/an15.

Dans une maison individuelle d'avant 1974, le remplacement de fenêtres simple vitrage par des fenêtres double vitrage réduira les besoins en chauffage de 10 à 13%.

LE CAS PARTICULIER DES TRAVAUX DANS UN APPARTEMENT EN COPROPRIÉTÉ

Contrairement à une maison individuelle, et même lorsque vous en êtes propriétaire, la rénovation d’un appartement se heurte souvent à un mur : l’accord de la copropriété.
Coût des travaux, complexité administrative, copropriétaires peu accommandants... Il arrive fréquemment que les projets de rénovation énergétiques (comme, par exemple, le changement d’un système de chauffage collectif ou l’isolation des murs de l’immeuble par l’extérieur) soient remis aux calendes grecques.

Pourtant, la rénovation énergétique d’une copropriété aura pour conséquence la réduction drastique des factures de gaz et/ou d’électricité des copropriétaires.
Plusieurs dispositifs et aides spécifiques ont été mis en place pour faciliter ces rénovations complexes.

Parmi eux, MaPrimeRénov’Copropriété qui permet de financer les travaux de rénovation énergétique sur les parties communes des copropriétés. Versée au syndicat de copropriétaires, elle finance à hauteur de 25% de la quote-part des travaux, plafonnée à 15 000€ par logement.

 

À lire également :

 

TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE : LES OPTIONS EXISTANTES POUR LEUR FINACEMENT

Pour vous aider à financer vos travaux de rénovation énergétique, de nombreuses options sont disponibles.

Parmi elles les aides « MaPrimeRénov' », « MaPrimeRénov’Sérénité », « MaPrimeRénov'Copropriété », ou les prêts comme l’éco-prêt à taux zéro ou encore le tout nouveau prêt « avance rénovation ». Ce dernier, rendu possible grâce à la loi Climat et résilience, est un prêt hypothécaire octroyé par certaines banques aux propriétaires de passoires thermiques, c’est-à-dire des logements classés F et G sur l’échelle du diagnostic de performance énergétique (DPE).

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

 

À lire également :

BON À SAVOIR

« France Rénov' », un service public unique pour mieux rénover son habitat

Lancé le 1er janvier 2022 par le gouvernement et l’Agence nationale de l’habitat (Anah), le service « France Rénov » permet aux ménages d’obtenir gratuitement un accompagnement à la fois technique, sur les travaux qu’ils peuvent engager, juridique et social, pour les aider dans leurs démarches, et financier, pour mobiliser toutes les aides disponibles dans leur région.

En savoir plus sur France Rénov’

Vous aimerez aussi :

 

1 Source. economie.gouv.fr
2 Source. https://www.energie-mediateur.fr/wp-content/uploads/2021/10/synthese-barometre-mne-2021.pdf
3 Source : Effy.
4 Source. France TV
5 Source. Quelleénergie.fr
6 Source. https://www.garanka.fr/2021/03/31/pompe-a-chaleur-pour-realiser-des-economies-denergie/
7 Source. coupdepouceeconomiedenergie.fr
8 Source. Agence de la transition énergétique
9 Source. Que Choisir
10 Source. Quelleénergie.fr
11 Source. TotalEnergies.fr
12 Source. https://www.rouchenergies.fr/chauffage/climatisation-reversible/combien-d-economies-sur-facture-chauffage.html
13 Source. Agence de la transition énergétique.
14 Source. Agence de la transition énergétique
15 Source. batiactu.com

 

© Uni-médias – Janvier 2022
Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

L’Eco-PTZ ou le prêt « avance rénovation » peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur sa disponibilité dans votre Caisse régionale.
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur.
L’Eco-PTZ étant destiné à financer uniquement des travaux, il prend la forme d’un prêt à la consommation ou d’un prêt immobilier en fonction de la nature de la garantie demandée par votre Caisse régionale.
Pour un prêt non garanti par une hypothèque ou une sûreté comparable, le prêt prend la forme d’un prêt à la consommation. Vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus. Pour un prêt garanti par une hypothèque ou une sûreté comparable le prêt prend la forme d’un prêt immobilier. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.
Accédez au détail en cliquant sur le lien hypertexte prévu à cet effet dans la présente page Internet.

Liste de liens thématiques naviguez avec la touche de votre synthèse vocale #Logement #Décryptage #Article

TOUT UN MAG POUR VOUS