Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Quels sont les droits des micro-entrepreneurs ?

21/01/2020 - 3 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Carrière #Décryptage

tout un mag pour vous

Quels sont les droits des micro-entrepreneurs ?

En raison de leur activité de travailleur indépendant, les micro-entrepreneurs ont des droits sociaux relativement différents de ceux des salariés. De manière générale, la disparité des régimes de cotisations créée des disparités significatives, obligeant bien souvent les indépendants à souscrire à des caisses supplémentaires. Ces dernières permettent de compléter le remboursement du régime obligatoire et d’offrir une protection plus adéquate aux risques réels. Focus sur les droits des micro-entrepreneurs.

Les micro-entrepreneurs dépendent du régime micro-social, auquel sont affiliés tous les travailleurs indépendants en France. Anciennement appelé RSI (Régime Social des Indépendants), il est désormais affilié au régime général de la Sécurité sociale. Cet organisme est chargé de collecter les cotisations obligatoires des personnes concernées, afin de redistribuer, le moment venu, les prestations sociales attenantes.


    À lire également Micro-entreprise, EURL, SASU... Quelles différences ?

 

COMMENT FONCTIONNE LA RETRAITE DES MICRO-ENTREPRENEURS ?

Les cotisations de retraite font partie des obligations légales des micro-entrepreneurs, qui ouvrent leurs droits à la pension dès la création de leur micro-entreprise. Pourtant le montant de la pension est proportionnel à celui des cotisations sociales versées, elles-mêmes dépendantes du chiffre d’affaires réalisé. La déclaration de ce dernier peut se faire tous les mois ou tous les trimestres, le choix étant laissé au travailleur indépendant.

BON À SAVOIR

La réforme des retraites prévue en 2020 ne devrait pas modifier fondamentalement pas le régime des micro-entrepreneurs. Sous réserve de l’adoption du projet actuel, leurs cotisations resteraient inchangées et la seule différence résiderait dans la possibilité qui leur sera offerte « d’acheter des points supplémentaires » en fin d’année, en cas de chiffre d’affaires trop bas. Cette mesure vise à garantir une pension minimale décente au moment du départ à la retraite.

 Afin de bénéficier du versement de la pension vieillesse à l’âge de la retraite, un micro-entrepreneur doit avoir validé des trimestres effectivement travaillés, au même titre qu’un salarié par exemple. Des seuils minimaux de chiffre d’affaires doivent être réalisés tous les ans pour valider les trimestres en question, même si l’activité ne s’étend pas sur une année civile complète.

BON À SAVOIR

Pour une partie des micro-entrepreneurs, le montant des cotisations sociales ne permet pas de bénéficier d’une pension de retraite suffisante. Pour remédier à cette situation, ils peuvent souscrire en parallèle à un contrat d’assurance vie, qui permet la libération d’un capital ou d’une rente au moment du départ à la retraite. Ce type de contrat permet notamment de bénéficier de versements libres et de la possibilité de dynamiser son épargne grâce à des supports en unités de compte.

    Vous aimerez aussi Créer sa micro-entreprise, quelles formalités ?

 

LES MICRO-ENTREPRENEURS ONT-ILS DROIT AU CHÔMAGE ?

Par le biais des cotisations sociales obligatoires des micro-entrepreneurs, plusieurs prestations sont prévues. Le chômage n’en fait en revanche pas partie, ce qui signifie que les travailleurs indépendants ne cotisent pas pour ce qui est communément appelé « assurance chômage ». Un nouveau dispositif d’aide aux indépendants est pourtant venu renforcer leur protection sociale le 1er novembre 2019.

Il faut toutefois respecter un certain nombre de conditions pour prétendre à cette Allocation des Travailleurs Indépendants (ATI), qui ne suppose aucune cotisation supplémentaire :

  • La micro-entreprise doit être placée en situation de redressement ou liquidation judiciaire
  • L’activité doit avoir été ininterrompue pendant les deux années précédentes (pour une seule entreprise)
  • Le chiffre d’affaires doit avoir été de 10 000€ minimum par an sur les deux dernières années
  • Le travailleur doit être inscrit en tant que demandeur d’emploi et accomplir des démarches dans l’optique d’en retrouver un.

L’ATI est par ailleurs plafonnée à un forfait de 800€ par mois, pendant 6 mois (182 jours calendaires). Il est possible de cumuler cette prestation avec une activité, salariée ou non, pendant 3 mois maximum, dans l’optique d’aider le retour à l’emploi et notamment les frais fixes de lancement, souvent important

L’ASSURANCE MALADIE DES MICRO-ENTREPRENEURS

Comme pour tout travailleur salarié, les indépendants cotisent, par le biais des prélèvements mensuels ou trimestriels obligatoires, à l’assurance maladie, sous l’égide de la Sécurité sociale des indépendants. Les remboursements sont identiques à ceux accordés aux salariés, bien que les organismes gestionnaires diffèrent (la RAM est notamment conventionnée dans ce cadre).

En cas de maladie, d’arrêt de travail ou d’incapacité temporaire, des prestations sociales sont versées sous la forme de remboursements des médicaments ou des journées non-travaillées (sous conditions de revenus pour ces dernières).


    Vous aimerez aussi Petit lexique à l’attention des micro-entrepreneurs

 

QUELS CONGÉS MATERNITÉS ET PATERNITÉS POUR UN MICRO-ENTREPRENEUR ?

Le congé maternité des micro-entrepreneurs en activité principale

Le régime du congé maternité des indépendantes est aligné sur celui des salariées depuis le décret du 29 mai 2019. Les indépendantes en micro-entreprise bénéficient désormais de 112 jours d'arrêts, soit 16 semaines indemnisés au titre de la maternité, à condition de cesser toute activité pendant 8 semaines minimum

Durant ce congé maternité, les micro-entrepreneuses peuvent bénéficier d’une indemnité journalière forfaitaire d'interruption d'activité et d’une allocation forfaitaire de repos maternel.

L’indemnité journalière est, au même titre que pour la retraite, prise en charge par la Sécurité sociale des indépendants. Une femme souhaitant bénéficier de la pension maternité doit remplir trois conditions principales :

  • Être à jour de ses cotisations obligatoires d’assurance maternité et maladie
  • Justifier de 10 mois d’affiliation ininterrompue au régime correspondant à la situation (activité non salariée ou chômage) à la date de l’accouchement 
  • Cesser toute activité professionnelle durant la période d’indemnisation.

Les prestations versées au titre de la maternité sont calculées sur la base du revenu moyen annuel (le chiffre d’affaires) sur les trois dernières années civiles, auquel est appliqué un abattement.

En complément, la micro-entrepreneuse peut percevoir une allocation forfaitaire de repos maternel (3 377€ brut) en complément de l’indemnité d’interruption d’activité. Son versement intervient en deux fois : une première moitié (1 688,50€ brut) à la fin du septième mois de grossesse, l'autre moitié après l’accouchement. Cette allocation est destinée à compenser la diminution d'activité due à l’arrêt de travail.

Des mesures permettant une reprise progressive de l’activité sont également prévues pour soulager les mères à la suite du congé postnatal. Le congé maternité de manière globale pourra être de 16 semaines au maximum (112 jours), depuis l’indexation sur les droits accordés aux salariés, sauf dans le cas spécial des naissances multiples.

Le congé maternité des micro-entrepreneurs en activité complémentaire
Si votre micro-entreprise constitue une activité annexe en parallèle d’une activité salariée, il vous est possible de cumuler des droits auprès du régime général et du régime de la Sécurité sociale des indépendants.
Le régime général ouvre des droits au congé maternité de 6 semaines avant l’accouchement et de 10 semaines par la suite. Ces durées peuvent être majorées par les dispositions prévues par certaines conventions collectives. Deux conditions viennent toutefois s’appliquer au versement des indemnités journalières prévues (des dispositions particulières s’appliquent aux activités saisonnières et discontinues) :

- Avoir été effectivement assurée pendant 10 mois au minimum à la date présumée d’accouchement 
- Avoir cotisé suffisamment de droits avant le début de la grossesse ou du congé prénatal 

  • En ayant travaillé au moins 150 heures sur les 3 derniers mois civils (ou 90 jours) 
  • Ou en ayant cotisé pendant 6 mois pour un minimum de 1 015 fois le montant du SMIC horaire.

BON À SAVOIR

Les indemnités prévues sont calculées au prorata des jours normalement travaillés sur les 3 derniers mois avant l’arrêt de travail. Dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale, elles sont versées tous les 14 jours, sans délai de carence et avec intégration des samedis, dimanches et jours fériés.

Le cumul avec les prestations versées par la Sécurité sociale des indépendants est donc effectivement possible. Les mêmes règles que pour une activité principale s’appliquent, c’est-à-dire que le montant des cotisations, donc des droits, dépend du chiffre d’affaires.

Le congé paternité des micro-entrepreneurs
Les pères bénéficient également d’un congé spécial à la naissance de l’enfant, défini à 11 jours consécutifs, samedis, dimanches et jours fériés inclus. Cette durée peut être rallongée à 18 jours pour des naissances multiples, voire 30 jours au maximum en cas de naissance prématurée ou d’hospitalisation. Le conjoint, partenaire de PACS ou personne vivant avec la mère sous un régime assimilable à une situation maritale peut également prétendre au congé paternité, généralement connu sous la dénomination « congé d’accueil de l’enfant ».

À noter : Vous pouvez également, en tant que micro-entrepreneur, bénéficier de droits à la formation professionnelle, par le biais du CPF (Compte Personnel de Formation). Ce dispositif vous permet d’acquérir de nouvelles compétences ou certifications, lesquelles peuvent vous être utiles au quotidien ou dans l’optique d’une reconversion professionnelle.


    À lire également ACRE : Comment ça marche ?

 

© Uni-médias – Janvier 2020
Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.