Etudiant

Etudes courtes ou longues ? Etudier à l’étranger. Demander une bourse.

Choisir une grande école

Les écoles d’ingénieurs

Voies royales pour beaucoup, les grandes écoles restent très sélectives. Accessibles généralement sur concours, au terme de quelques années de classe préparatoire postbaccalauréat, ou en admission parallèle, elles forment leurs étudiants à des postes de responsabilité au sein des entreprises ou des administrations. Viviers souvent courtisés par les grandes structures qui viennent y chercher de nouvelles recrues, elles cultivent leurs réseaux. Par exemple, en fin de cursus, vous serez intégré à l’annuaire des anciens élèves de l’établissement. Une dynamique particulièrement efficace pour rejoindre le monde du travail.

Les écoles d’ingénieurs

TIl existe différentes voies pour intégrer une école d’ingénieurs. Vous pouvez passer par une classe préparatoire (scientifique ou technologique). Elle vous préparera aux concours en deux ans, au minimum. Généralement, le cursus de l’école d’ingénieur se déroule ensuite sur trois années. Vous pouvez aussi opter directement pour une école dont les études s’étalent sur cinq ans, et commençant par deux années de classes prépas dites « intégrées ». À moins de préférer intégrer d’abord un premier cycle universitaire qui vous servira de passerelle vers des admissions parallèles. Une cinquantaine d’écoles admettent des étudiants ayant validé un bac + 1, après une sélection sur dossier ou épreuves. De plus en plus d’écoles recrutent (généralement sur dossier) une partie de leurs étudiants parmi les titulaires d’un bac + 2.

Vous devrez choisir l’une de ces options en tenant compte de votre niveau et de votre capacité à supporter le rythme intense d’une classe préparatoire. Quant à la spécialité (chimie, génie civil, électronique, informatique, multimédia…) que vous retiendrez au final parmi les 600 options de spécialisations proposées, elle requiert aussi toute votre attention. Réfléchissez avec soin au projet professionnel que vous visez à long terme pour sélectionner les écoles les plus en phase avec vos attentes. Si elles sont homologuées par la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), vous êtes assuré qu’elles vous délivreront le titre d’ingénieur, reconnu aux États-Unis au même grade qu’un "master of science" (bac + 5), depuis 2013, ainsi que le grade Master. A noter : il existe des écoles internes aux universités habilitées à délivrer le titre d’ingénieur, notamment celles regroupées sous le réseau Polytech. Les diplômés d’un master scientifique peuvent également postuler à des postes d’ingénieur, sans pour autant disposer du titre officiel reconnu par la CTI.

PENSEZ-Y : Préparer son entrée dans une grande école

Vous souhaitez intégrer une grande école directement après le bac : déposez, au deuxième semestre et avant les résultats du bac, un dossier pour intégrer une classe préparatoire. N’hésitez pas à multiplier les demandes auprès de plusieurs d’entre elles, car elles n’ont pas toutes les mêmes exigences en terme de sélection.

Vous préférez d’abord suivre un premier cycle universitaire, un BTS ou un DUT : renseignez-vous sur les concours réservés aux admissions parallèles dans l’école que vous ciblez.

En savoir plus : www.cti-commission.fr

Les écoles de commerce, de communication et de marketing

Elles ouvrent de nombreuses voies au sein de l’entreprise. L’éventail y est en effet assez large. Les enseignements délivrés préparent aux métiers de la finance, du commercial, du marketing, des ressources humaines, de la gestion, de la communication ou du management.

Après le bac, l’étudiant pourra soit postuler à une classe préparatoire aux concours des écoles de commerce, soit retenir une formation courte, soit s’inscrire dans une université dont les disciplines correspondent aux programmes dispensés dans ces écoles. Il rejoindra ensuite l’école de commerce visée, par le biais des passerelles et des admissions parallèles. Il existe aussi des écoles de commerce qui recrutent des bacheliers. C’est une solution alternative, même si le diplôme est jugé moins prestigieux.

Pour intégrer une école de commerce après une classe préparatoire, il est nécessaire de passer un concours d’entrée. La plupart des écoles se sont organisées autour de concours communs, ce qui permet aux étudiants de se porter candidats à différentes écoles, sans avoir à passer plusieurs fois les épreuves. La banque d’épreuves communes (BCE) relève de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et donne accès au programme Grande École de vingt grandes écoles de management et de six écoles associées, y compris les plus prestigieuses (HEC, Essec, EM Lyon…).

Ecricome réunit trois grandes écoles de management de forte notoriété en France et à l’échelon européen, à savoir : ICN Business School Nancy-Metz, KEDGE Business School (née de la fusion de BEM - Bordeaux Management School et EUROMED Management) et NEOMA Business School (née de la fusion de Reims Management School et Rouen Business School).

Cinq autres écoles, l’EBS Paris, l’ESCE, l’ESG Management School, l’IPAG Business School et l’ISC Paris, ont créé de leur côté un concours commun pour recruter en admissions parallèles à Bac+2 et Bac+3, baptisé Ambitions+.

En savoir plus :

Les instituts d’études politiques (IEP)

Prestigieuse et de haut niveau, Sciences-Po Paris compte sept campus en France, non seulement à Paris, mais aussi en province, à Dijon, au Havre, à Menton, à Nancy, à Poitiers et à Reims. Elle dispense une formation générale et pluridisciplinaire (sciences sociales, histoire, droit, économie, sociologie…). Au total, 1 500 étudiants, dont 600 sur les campus en régions, intègrent les premiers cycles. En régions, ils ont la possibilité de choisir une spécialisation sur des zones géographiques données : les pays d’Europe centrale et orientale à Dijon, germanophones et franco-allemands à Nancy, le Moyen-Orient et la Méditerranée à Menton, la péninsule Ibérique et le monde latino-américain à Poitiers, le premier cycle Euro-Asie au Havre, tandis que le programme est exclusivement enseigné en anglais au campus euro-américain à Reims, ouvert en septembre 2010. De plus, dans le cadre de la Convention d’éducation prioritaire, Science-Po a signé un accord avec 100 lycées partenaires de 18 académies (ils étaient 7 en 2001) pour favoriser l’accès de sa formation aux jeunes scolarisés dans des zones d’éducations prioritaires. Un exemple d’ouverture sociale qui fait aujourd’hui tache d’huile…

Neuf autres IEP, rattachés aux universités et localisés à Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse, et à Saint-Germain-en-Laye pour le dernier IEP, opérationnel à la rentrée 2014, proposent également une formation de très haut niveau qui ouvre de nombreuses portes. A deux années généralistes succèdent une année à l’étranger, puis deux années de spécialisation en master. Leurs diplômés, comme ceux de Science-Po Pa ris, sont particulièrement présents à des postes de ressources humaines, de communication, de journalisme, de finance… aussi bien dans le secteur privé que public. Ils disposent en effet des solides connaissances nécessaires pour postuler aux concours d’État de catégorie A (la plus élevée).

Pour intégrer un IEP, il faut franchir la barrière du concours d’entrée. Ceux d’Aix-en-Provence, de Lille, de Lyon, de Rennes, de Strasbourg et de Toulouse en organisent un en commun pour les admissions en première année. Sciences Po Paris et les IEP de Bordeaux et de Grenoble ont chacun leur concours spécifique. Accessible après le bac, ce concours d’entrée exige une sérieuse préparation. Les classes préparatoires littéraires traditionnelles (hypokhâgnes) ou d’autres, privées, sont de bons tremplins pour le réussir. A noter, les six IEP délocalisés de Sciences-Po Paris proposent pendant l’année de terminale une préparation sur Internet, Tremplin IEP, avec un suivi pédagogique individualisé pour 250 à 450 euros. Il existe aussi des prépas gratuites (sous conditions d’éligibilité) comme le Programme d’études intégrées des IEP (IEPEI) d’Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, et Toulouse, ou « Sciences po Bordeaux, je le peux parce que je le veux », une prépa offerte aux lycéens de 25 lycées d’Aquitaine, en partenariat avec l’IEP de Bordeaux. Les candidats ayant obtenu une mention très bien au baccalauréat peuvent également bénéficier de modalités de recrutement particulières pour entrer dans les instituts de Rennes, Strasbourg et Toulouse. À partir de la rentrée 2013, l’admission directe à Sciences Po Paris pour les bacheliers ayant la mention très bien est supprimée.

En savoir plus :