Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Du bon usage de la donation-partage

19/11/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Famille #Argent #Décryptage

tout un mag pour vous

Du bon usage de la donation-partage

Conçue pour éviter les conflits entre enfants après le décès des parents, la donation-partage offre de nombreux atouts au service de la paix familiale. (Re)découverte.

La donation-partage, avec ou sans réserve d’usufruit, vous permet de donner et de partager, à moindres frais, une fraction de votre patrimoine, dans des conditions optimisées. 

    À lire également 5 types de donation à explorer pour une transmission sur-mesure

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La donation-partage consiste en un acte notarié irrévocable par lequel vous réalisez à la fois une donation et la répartition définitive, par anticipation, d’une partie de votre patrimoine.

Elle peut réintégrer des dons manuels et des donations simples réalisés antérieurement, sous réserve de l’accord du ou des donataires concernés (bénéficiaires du don).

Comme toute donation, la donation-partage s’accompagne d’un transfert immédiat et définitif de propriété.

BON À SAVOIR

Ne confondez pas la donation-partage avec le testament-partage. Ce dernier ne produit ses effets qu’à votre décès et vous permet d’organiser votre succession sans vous démunir, en vous offrant la possibilité de changer d’avis à tout moment.

QUI PEUT EN BÉNÉFICIER ? 

La donation-partage doit gratifier a minima au moins deux donataires.

Longtemps réservée aux seules donations consenties entre parents et enfants, elle s’applique désormais aussi aux :

  • descendants de générations différentes : enfants, petits-enfants ou arrière-petits-enfants (donation-partage transgénérationnelle) ;
  • enfants nés de lits différents, communs et non communs aux époux au sein d’une famille recomposée (donation conjonctive).
  • héritiers potentiels, si le donateur (celui qui donne) n’a pas d’enfants. C’est-à-dire aux frères et sœurs, aux neveux et nièces.

BON À SAVOIR

Lorsque la donation-partage porte sur une entreprise, la distribution peut s’opérer entre les donataires mentionnés ci-dessus, mais aussi des parents éloignés ou des non-parents, des salariés par exemple.

    Vous aimerez aussi Donation-partage : les 4 étapes clés

QUELS SONT LES BIENS CONCERNÉS ?

Une donation-partage peut porter sur tout type de biens : immobilier, mobilier, portefeuille de titres (actions, obligations…), sommes d’argent, entreprise…

La donation peut se faire en pleine propriété ou prendre la forme d’une donation-partage démembrée. Le donateur transmettra alors à ses donataires uniquement la nue-propriété du bien (la propriété sans l’usage) et en conservera l’usufruit, c’est-à-dire l’usage ainsi que les revenus (les fruits).

En revanche, attention : la donation-partage d’un bien immobilier unique à plusieurs personnes (on parle de bien en indivision) n’est pas acceptée par la loi.

QUEL INTÉRÊT ?

Opter pour une donation-partage s’avère judicieux dans une optique de règlement anticipé de votre succession.

Souvent conseillée, elle offre de multiples atouts comparés aux donations classiques.

  • Le partage des actifs donné est définitif, ce qui évite les désaccords éventuels à propos de leur attribution lors de votre succession. 
  • La valeur des biens transmis s’établit le jour de l’acte de la donation-partage et non à celui de votre succession. 
  • La donation peut bénéficier à toutes les générations et à tous les enfants dans une famille recomposée, avec un avantage fiscal à la clé pour les beaux-enfants.
  • Le droit de partage au taux de 2,5% (en 2019) n’est pas dû.

 

© Uni-médias – octobre 2019
Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.