Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Alzheimer : ces découvertes qui changent la donne

La maladie d’Alzheimer touche environ 850 000 personnes en France et 616 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour (1). Si aucun traitement permettant de guérir n’existe pour le moment, les chercheurs restent mobilisés et font régulièrement de nouvelles découvertes.

LES DÉCOUVERTES CONTRE ALZHEIMER

Une équipe dirigée par Stéphanie Daumas, chercheuse à l’Institut de biologie Paris-Seine (IBPS : Sorbonne Université/CNRS/Inserm) et Salah El Mestikawy de l’institut universitaire en santé mentale Douglas de Montréal a publié en janvier 2018 une étude internationale (2) portant sur plus de 170 sujets souffrant d’Alzheimer à divers stades.
Elle remet en question l’idée communément admise selon laquelle Alzheimer est une forme de démence accompagnée d’une perte progressive et massive de neurones et de leurs terminaisons nerveuses.

Les résultats de l’étude suggèrent que la maladie d’Alzheimer s’accompagne au contraire d’une faible diminution des marqueurs neuronaux et synaptiques.
Pour les chercheurs, cela indiquerait que la démence serait liée à un mauvais fonctionnement des synapses plutôt qu’à leur disparition. Une découverte qui pourrait conduire les chercheurs à aborder différemment la maladie d’Alzheimer et ouvrir la voie à de nouvelles possibilités de traitements.

RECHERCHE ALZHEIMER : UN ESSAI CLINIQUE ENCOURAGEANT

Lors du congrès mondial sur la maladie d’Alzheimer qui s’est tenu à Chicago en juillet 2018, un essai mené par un laboratoire japonais sur 854 malades a montré l’efficacité d’un médicament dirigé contre la protéine amyloïde – qui jouerait un rôle dans la maladie d’Alzheimer en diminuant la communication entre les neurones.
Sur 18 mois et avec la dose la plus forte, les chercheurs ont observé une diminution importante des lésions dans le cerveau des patients mais aussi une diminution du déclin cognitif – autrement dit une diminution des symptômes d’Alzheimer !

Ces résultats encourageants restent à confirmer avec d’autres essais mais ouvrent de nouvelles pistes de recherche aux chercheurs engagés dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

(1) FranceAlzheimer.org
(2) Scientific Reports, 17 janvier 2018.

 

© Uni-éditions – Novembre 2018

Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

TOUT UN MAG POUR VOUS