Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter
error component
Une erreur est survenue
dans l'affichage de cet élément

Alzheimer : que faire si vous êtes concerné ?

Chaque année, 225 000 nouveaux cas d’Alzheimer sont diagnostiqués en France et 14,2% des personnes de plus de 75 ans sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. En l’absence de traitement, il est essentiel, pour le malade comme pour ses proches, d’apprendre à vivre avec la maladie.

ALZHEIMER, UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE

Si l’on estime à 850 000 le nombre de malades d’Alzheimer en France, ce chiffre grimpe à 3 millions de personnes dont la vie est impactée par la maladie en comptant les proches aidants (1).

La France est largement touchée par cette maladie puisqu’il s’agit de la quatrième cause de mortalité et qu’un nouveau cas est diagnostiqué toutes les 3 minutes (1).

On estime que si rien ne change, 1 français sur 4 de plus de 65 ans sera concerné par la maladie en 2020 (1).

À lire également : Alzheimer : ces découvertes qui changent la donne 

LES PROCHES AIDANTS ONT BESOIN DE SOUTIEN

Avoir un proche atteint par la maladie d’Alzheimer est un choc tant émotionnel que financier pour les proches.

En effet, 40% des malades d’Alzheimer vivent en institution et 60% à leur domicile (1).

En 2017, le baromètre des aidants BVA (2) recensait 11 millions d’aidants familiaux dont 58% ont en parallèle une activité professionnelle.

Pour les soutenir, l’Association Française des Aidants propose une formation en ligne – ainsi que des formations en présentiels dans certaines régions. Le but de cette formation est de permettre aux aidants de mieux gérer l’impact de la maladie sur leur vie personnelle et professionnelle.

À lire également : Aidants : une formation en ligne pour vous

NE PAS SE REPLIER SUR SOI

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ne doit pas conduire le malade à se replier sur lui-même. Au contraire, son entourage a un rôle à jouer pour maintenir un maximum de communication et de vie sociale avec lui. Ce rôle est essentiel pour vivre le mieux possible avec la maladie d’Alzheimer.

  • Echanger entre membres de la famille. Voyez comment chacun peut se rendre utile auprès du malade, organiser des roulements de visites par exemple.
  • Ne pas hésiter à demander de l’aide autour de soi : voisins, gardienne…
  • Expliquer les choses aux enfants et petits-enfants, avec des livres ou autres ressources pédagogiques, afin qu’ils comprennent et restent proches du malade

À lire également : Alzheimer : prévenir en stimulant ses capacités cognitives

TROUVER UN NOUVEAU RYTHME

S’il n’existe pour le moment pas de traitement pour la maladie d’Alzheimer, il est en revanche possible de prendre certaines habitudes pour retarder au maximum son évolution.

  • En premier lieu, il est essentiel d’entretenir les capacités intellectuelles du malade, que ce soit à travers des jeux de mémoire, de logique ou de réflexion.
  • Par ailleurs, une activité physique régulière est elle aussi importante : aller faire ses courses, se promener dans son quartier, sortir rejoindre des amis, tout ce qui permet de bouger est bénéfique. L’entourage peut donc jouer un rôle incitateur en ce sens pour le proche atteint.
  • De même, il est essentiel de lui permettre d’éviter de rester isolé et de le sortir de la routine. Stimulez-le avec de nouvelles activités, de nouveaux lieux ou de nouvelles personnes.

S'ORGANISER AUTREMENT AVEC ALZHEIMER

Pour aider votre proche à rester actif, vous pouvez mettre en place avec lui ce que les médecins appellent des « stratégies de compensation » :

  • Avoir un agenda pour noter les choses importantes,
  • Utiliser un calendrier pour noter certaines dates,
  • Réorganiser les placards pour simplifier leur organisation et mettre des étiquettes sur les tiroirs pour en préciser le contenu. 

BON À SAVOIR

En cas de crainte de fugues, le malade peut être équipé d’un téléphone portable GPS avec une touche SOS qui lui permettra d’être localisé facilement et de contacter un aidant référent en un clic.

Enfin, sécurisez l’appartement pour éviter tous risques de chute, en remplaçant la baignoire par une douche plus accessible par exemple, ou encore en équipant les tapis d’anti dérapants.

BON À SAVOIR

Besoin de vous protéger et de protéger vos proches contre la perte d’autonomie ? Découvrez la solution proposée par Crédit Agricole.

(1) France Alzheimer et maladies apparentées.

(2) Enquête réalisée par BVA les 12-13 mai et 19-20 mai 2017 par téléphone auprès d’un échantillon de 2007 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus et composé de 384 aidants et 1623 non-aidants.

 

© Uni-médias - Novembre 2018

Article à caractère informatif et publicitaire. 

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.

Certains produits et services mentionnés dans cet article peuvent être commercialisés par le Crédit Agricole : renseignez-vous sur leur disponibilité dans votre Caisse régionale.

La souscription à ces produits et services peut être soumise à conditions ou à la réglementation en vigueur, ainsi qu’à l’étude et à l’acceptation de votre dossier par votre Caisse régionale. Accédez au détail de ces produits et services en cliquant sur les liens hypertexte prévus à cet effet dans la présente page Internet.

Le contrat Assurance dépendance est assuré par Predica, entreprise régie par le Code des Assurances.

TOUT UN MAG POUR VOUS