Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Bureaux partagés : choisir la bonne option

12/01/2021 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Décryptage

tout un mag pour vous

Bureaux partagés : choisir la bonne option

La formule du bureau partagé gagne du terrain chez les professionnels. Entre location d’espace en coworking, sous-location et bail partagé, petit tour d’horizon des options qui s’offrent à vous.

L’explosion des technologies collaboratives et le boom des créations d’entreprises, dopées par le régime de l’auto-entrepreneur, favorisent l’essor du coworking et la pratique du bureau partagé. Désormais, il n’est pas rare de se regrouper à plusieurs - indépendants, startupers, freelances, micro-entrepreneurs - au sein de locaux communs, pour mutualiser son loyer, ses charges, voire ses équipements. Cette formule vous intéresse ? Voici quelques points utiles à connaître pour déterminer l’option la mieux adaptée à vos besoins.

LA LOCATION D’UN ESPACE EN COWORKING

Vous avez besoin d’un bureau, de manière occasionnelle, ou pour une durée limitée dans le temps ? Les espaces de coworking sont faits pour vous : pas de droit d’entrée ni de bail, vous louez à la journée, la semaine, ou au mois (voire plus), un espace de travail au sein d’une structure qui héberge d’autres professionnels, généralement sur des plateaux en open space.

Cette formule souple et économique - vous payez uniquement pour votre temps d’occupation - permet de trouver un bureau rapidement, avec toutes les facilités nécessaires (salles de réunion, espace de détente, coin repas, etc.). N’étant pas lié par un bail, vous êtes libre de partir quand cela vous arrange. Autre avantage : le brassage qui caractérise ces espaces collaboratifs en fait des mines de contacts potentiels. Néanmoins si vous avez besoin de calme et de silence pour travailler, ou d’une certaine confidentialité pour développer votre projet, ce lieu risque de ne pas convenir.

LA SOUS-LOCATION

Certaines entreprises n’utilisent pas tous leurs locaux et en sous-louent une partie à des tiers pour réduire leurs charges. Cette formule permet de trouver des bureaux, souvent déjà meublés et prêts à accueillir les candidats (électricité, chauffage, connexion internet). Les tarifs varient selon le standing des lieux et leur localisation (centre-ville, banlieue, zone d’activités).

Comme pour le coworking, cette formule a l’avantage de la souplesse, car le contrat est conclu de gré à gré avec l’occupant en titre des lieux, en dehors du cadre contraignant des baux professionnels. Elle permet de trouver des bureaux privatifs, pour la durée qui convient, sans se casser la tête. Néanmoins, elle est peu protectrice car elle ne donne aucun droit vis-à-vis du propriétaire des lieux. Si le locataire en titre décide de résilier son bail, vous n’êtes pas en droit de rester.

LE BAIL PARTAGÉ

Comme pour la location partagée d’un logement d’habitation, la formule du bail professionnel partagé consiste à se regrouper à plusieurs pour louer un local, avec un contrat de location en bonne et due forme, engageant chaque occupant à régler une quote-part du loyer.

Dans la mesure où cette formule donne à chacun les mêmes droits (et les mêmes devoirs), elle s’avère très protectrice. Si vous recherchez la stabilité (les baux professionnels sont conclus pour une durée de 6 ans), c’est une bonne solution. Néanmoins, le bail partagé n’est pas toujours simple à mettre en œuvre, les bailleurs préférant souvent avoir un seul interlocuteur plutôt que plusieurs. Enfin, elle nécessite d’être vigilant sur le contrat de bail : si une clause solidaire y figure, vous serez tenu de payer le loyer de ceux qui quitteraient les lieux avant l’échéance prévue.

 

© Thibault Bertrand – Uni-Médias - Janvier 2021
Article à caractère informatif et publicitaire.