Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Proches aidants : quel statut ?

15/05/2019 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Aléas de la vie #Décryptage

tout un mag pour vous

Proches aidants : quel statut ?

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de personnes sont sollicitées pour aider un proche en perte d’autonomie– membre de la famille ou non, dans diverses tâches quotidiennes. La loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) leur a conféré un statut et des droits, comme le congé de proche aidant et un droit au répit. Des mesures encore méconnues.

PORTRAIT-ROBOT DES PROCHES AIDANTS EN FRANCE

Selon le dernier Baromètre des aidants réalisé en juin 2018 par BVA :

  • 58% des aidants sont des femmes.
  • 76% ont moins de 65 ans et 43% moins de 50 ans.
  • 52% travaillent.
  • 86% aident un membre de leur famille, dont 41% un de leurs parents.
  • 34% viennent en aide à plusieurs personnes.
  • 57% aident un proche en situation de dépendance due à la vieillesse.
  • 82% consacrent au moins 20 heures par semaine en moyenne à leur(s) proche(s).
  • 37% des aidants interrogés avouent ne bénéficier d’aucune aide extérieure alors qu’ils sont eux-mêmes souvent âgés.
  • 67% des personnes aidées vivent à leur domicile, 21% vivent en institution, 14% des aidants vivent sous le même toit que les personnes aidées.

BON À SAVOIR

La proportion d’aidants s’occupant d’une personne âgée a augmenté depuis 2017:  elle est passée de 48 à 57%.

    Cet article peut aussi vous intéresser : Perte d’autonomie ou dépendance : comment anticiper ?

LE STATUT D’AIDANT

Selon La loi ASV, « est considéré comme proche aidant d'une personne âgée son conjoint, le partenaire avec qui elle a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin, un parent ou un allié, définis comme aidants familiaux, ou une personne résidant avec elle ou entretenant avec elle des liens étroits et stables, qui lui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne. »

Cette reconnaissance du statut des proches aidant s’accompagne de plusieurs mesures destinées à les soutenir.
Ainsi, depuis le 1er janvier 2017, le congé de soutien familial est devenu le congé de proches aidants, qui élargit la notion d’« aidant » au-delà-même du cercle familial. Objectif : permettre aux aidants de concilier activité professionnelle et accompagnement d’une personne dépendante. Ce congé peut aussi être converti en période d’activité à temps partiel et ses modalités d’utilisation – notamment par fractions – assouplies.

Dans le but de les aider à trouver des solutions pour mieux vivre leur rôle d’aidant au quotidien, les aidants peuvent aussi accéder à des modules de formation sur des thèmes comme :

  • « Quand la maladie, le handicap s’immisce dans la relation au proche ».
  • « Être aidant : une posture, des besoins, des attentes et des limites ».
  • « La relation au quotidien avec son proche ».
  • « Trouver sa place avec les professionnels ».
  • « Comment s’y prendre avec son proche pour les gestes de la vie quotidienne ? »
  • « Comment concilier sa vie d’aidant avec sa vie personnelle et sociale ? »

 

À lire également : Comment bien préparer le placement d’un parent ?

 

© Uni-médias – mai 2019

Article à caractère informatif et publicitaire.
Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.