Malheureusement, votre configuration de navigation actuelle ne vous permet pas de naviguer dans de bonnes conditions.
Vous ne pourrez pas profiter de toutes les fonctionnalités de notre site ni accéder à votre espace client.

Crédit Agricole - Banque et assurances Vous êtes un particulier 
Nous contacter

Protéger son cerveau : le rôle essentiel de la lecture et de l’activité physique

10/04/2020 - 2 min de lecture

Rubrique : Tendances

#Santé #Retraite #Décryptage

tout un mag pour vous

Protéger son cerveau : le rôle essentiel de la lecture et de l’activité physique

Une promenade ou lire un bon livre ? Entre avoir une activité physique ou une activité plus intellectuelle, vous ne devez pas choisir mais bien cumuler les deux ! Plusieurs études démontrent en effet que les sports d’endurance et de musculation aident à ralentir le déclin cognitif.

MUSCLER SON CORPS POUR BOOSTER SON CERVEAU

Dans le cadre d’une étude publiée dans la revue médicale Brain Imaging and Behaviour (1), les chercheurs ont interrogé 45 personnes âgées d’en moyenne 72 ans sur leur niveau d’activité physique et cognitive exercée au quotidien. Ils ont également subi une imagerie cérébrale.

Si l’on savait déjà que l’activité physique et l’activité cognitive ont un bénéfice sur la plasticité de certaines régions cérébrales, ce travail a permis de montrer que les deux types d’exercices participent au maintien du volume de la matière grise et luttent contre le déclin cognitif.


    Vous aimerez aussi : Préserver sa mémoire : quel type d’alimentation privilégier ?


QUELLE ACTIVITÉ PHYSIQUE CHOISIR ?

Lecture, mots-croisés, exercice de mémoire, etc., s’il est plutôt aisé de s’adonner à des activités cognitives dans son quotidien, choisir une activité physique peut être plus difficile.

Or ce choix est loin d’être anodin : selon une autre étude, publiée dans la revue médicale British Journal of Sports Medicine (2), l’exercice physique permet d’améliorer la puissance des cerveaux à partir de l’âge de 50 ans, et ce quel que soit l’état de santé cognitif de la personne.

Mais les chercheurs se sont cette fois attachés à analyser l’impact potentiel sur le cerveau – capacité globale, attention, fonction exécutive, mémoire et mémoire de travail - de différents types d’activités physiques répartis en plusieurs catégories : aérobic (jogging, marche, vélo ou encore natation) et entraînements de résistance musculaire, tai-chi et yoga.

Bilan :

  • Les exercices d’aérobic et de tai-chi aident de manière significative à améliorer les capacités cognitives, 
  • Les entraînements de résistance musculaire ont eu un impact positif sur la fonction exécutive, la mémoire et la mémoire de travail.

En conclusion, les chercheurs recommandent dès 50 ans de s’astreindre aussi souvent que possible à un programme sportif composé de ces différentes catégories, avec une intensité modérée et sur des durées d’au moins 45 minutes par session.

Avant de vous lancer dans la pratique d’une activité physique, pensez toujours à faire le bilan avec votre médecin traitant qui vous donnera ou non un avis favorable en fonction de votre état de santé et saura vous conseiller sur ce qui vous convient.


    À lire également : Retarder le vieillissement du cerveau : le rôle de la vue et de l’audition

 

(1) Distinct effects of late adulthood cognitive and physical activities on gray matter volume, 2017.
(2) Exercise interventions for cognitive function in adults older than 50: a systematic review with meta-analysis, 2018.

 

© Uni-médias – Avril 2020

Article à caractère informatif et publicitaire.

Les informations présentes dans cet article sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la responsabilité du Crédit Agricole ; elles n’ont en aucun cas vocation à se substituer aux connaissances et compétences du lecteur. Il est vivement recommandé de solliciter les conseils d’un professionnel.